A mi-chemin entre humanitaire et art : Cosi fan tutte

Les 21 et 22 février prochains, l’association Zuflucht Kultur présentera au Radialsystem la pièce d’opéra Cosi fan tutte de Mozart qu’elle a montée en collaboration avec des réfugiés syriens arrivés depuis peu en Allemagne. À l’initiative de ce projet, on retrouve notamment la chanteuse d’opéra Cornelia Lanz, basée à Stuttgart. La pièce de Mozart est ainsi revisitée et prend place au sein d’une maison de réfugiés. Sur scène, les réfugiés racontent leur histoire et appellent à la paix, pas seulement en Syrie mais dans le monde entier, en entonnant notamment Janna (Paradis) une chanson à propos de leur pays natal. Le 7 janvier dernier, le Haut-commissariat des Nations-unies pour les réfugiés (HCR) affirmait que les Syriens représentaient aujourd’hui la plus importante population de réfugiés à sa charge. Sur plus de trois millions de Syriens qui ont fui la guerre dans leur pays, seuls 4% se sont rendus en Europe selon un rapport du HCR datant de juillet 2014. L’Allemagne figure comme un lieu d’accueil privilégié pour les réfugiés. Avec la Suède, le pays prend en effet en charge la majorité des demandes d’accueil.

 

 

 

En mai dernier, la fondation Heimat geben (comprendre donner un pays natal) a accueilli 20 réfugiés syriens au sein d’un ancien couvent de Franciscains dans la ville de Stuttgart. C’est avec ce groupe de réfugiés que Zuflucht Kultur a collaboré afin de monter l’opéra de Cosi fan tutte. Durant l’été, réfugiés et artistes professionnels ont ainsi travaillé ensemble à la réalisation du projet.”Construire un lien de confiance a été un travail de longue haleine”, nous confie Cornelia Lanz. “Nous avons fait beaucoup de choses avec l’équipe, nous avons mangé ensemble, nous avons passé des week-ends ensemble, nous avons ri ensemble. L’idée était de faire découvrir sa culture à l’autre, et cela nous a aussi permis de réfléchir à notre propre manière de voir les choses.” La première du spectacle s’est tenue à Suttgart en octobre dernier et pour ses dernières représentations, l’équipe se produira ce week-end à Berlin, au Radialsystem.

Pour Cornelia, le projet est avant tout l’occasion de répondre à l’urgence de la situation des Syriens victimes de la guerre et permet de faciliter l’intégration des réfugiés. “On ressent un certain fatalisme.Chez eux, c’est la guerre et bien entendu, ils ne sont pas volontairement ici en Allemagne. Mais on essaie de faire le maximum pour qu’ils puissent se sentir aussi à la maison ici. 

Photos : www.zufluchtkultur.de

Camille Baissat

Laisser un commentaire