Le Berlin d’Elodie

Crédits photos : Sophie Galibert, Magali F. Fouquet, Florian Dargirolle 

Elodie Benchereau est la fondatrice du blog Good Morning Berlin qui, depuis 3 ans, anime joyeusement la toile de ses articles accrocheurs ! La tâche n’était pas aisée au vu des nombreux blogs similaires, mais le succès est au rendez-vous pour cette jeune Française, curieuse et aventurière qui, après plusieurs voyages à l’étranger, décide de quitter Paris pour s’installer à Berlin. À travers son blog, elle nous propose un point de vue singulier et insolite sur Berlin porté par la découverte de lieux originaux et atypiques, par le partage d’expériences culinaires, festives, culturelles et surtout guidé par son goût pour l’exploration urbaine. Sa liberté d’écriture, son humour et son regard subjectif, toutefois sans critique ni parti pris, ont su séduire des lecteurs de plus en plus nombreux.

Forte de cette réussite et sur les conseils d’une amie, elle se lance en octobre 2012 dans l’organisation de visites guidées en proposant un tour des lieux insolites berlinois, loin des pôles touristiques habituels. S’ensuivent la création d’un e-book sur le quartier de Mitte, Mitte hors des sentiers battus, ainsi qu’un projet de guide sur 10 quartiers de Berlin, suite à la commande d’une éditrice parisienne.

Selon nos habitudes, nous laissons à Elodie le choix du lieu de rendez-vous. C’est ainsi que nous nous retrouvons un mardi après-midi sur le toit d’une usine en ruine dans Mitte, un lieu chargé d’histoire, accessible et insolite, où se côtoient pacifiquement squatteurs, visiteurs, photographes et même bronzeurs ! Il y a quelque chose d’intriguant à rencontrer la rédactrice d’un blog, car c’est enfin mettre un visage sur quelqu’un qu’on a l’impression de connaître déjà un peu.
Pour autant, je ne sais pas qui est Élodie et, arrivant la première, je cherche des yeux celle qui parmi toutes les personnes présentes sur le toit, pourrait être Élodie. Quelques minutes plus tard et après d’intéressantes rencontres, nous commençons l’interview.

– Quel est ton parcours et qu’est ce qui t’a conduit à Berlin ?
J’ai fait des études de commerce à Paris durant lesquelles je suis partie 4 mois en Erasmus en Angleterre. Ensuite, j’ai fait un voyage de 3 mois en Australie et c’est à cette période que j’ai commencé à m’intéresser aux blogs. À mon retour, je me suis retrouvée au chômage, j’ai alors ouvert un blog sur les jeunes diplômés au chômage qui a eu beaucoup de succès ! Ces blogs sont essentiellement liés à mon envie de partager mes expériences et à l’intérêt que j’ai toujours porté pour les voyages et la découverte. J’aime l’idée de partir en voyage dans sa propre ville, de découvrir ce que l’on ne voit pas et devant lequel on peut pourtant passer tous les jours.
Concernant Berlin, il y a 8 ans, j’y suis venue en stage pendant 6 mois et c’est à ce moment-là qu’est né mon engouement pour la ville. À l’époque, Berlin était moins envahie et j’ai évolué dans un environnement majoritairement germanophone, notamment grâce à mes colocs d’Allemands qui m’ont fait découvrir la ville. Lorsqu’une occasion de travail s’est présentée ici, j’ai sauté sur l’occasion pour revenir m’y installer !

– Qu’est-ce qui te plaît ici ?

Je m’y suis tout de suite sentie bien et mes colocs m’ont permis une immersion rapide. J’ai vite pris conscience que des différences importantes existaient avec Paris. Berlin est une ville qui te manque ! C’est une ville où il y a peu de pression sociale par exemple, il est difficile d’en partir ! J’ai été séduite par la connivence des contraires, le mélange d’excentricités, de fêtes mais aussi de calme, d’équilibre entre la ville et la nature, d’été chaud et festif – d’hiver rigoureux. C’est une ville qui se mérite. Elle peut être dure mais ça me plaît, je relis souvent cela à son passé.

– Qu’est-ce que t’a apporté Berlin ? Semble-t-il plus facile de faire ce dont on a envie ici ?
Berlin offre des possibilités qui rendent les choses plus faciles, comme la flexibilité des horaires, une concentration de personnes passionnées et une ambiance créative, artistique ; c’est ce qui frappe d’emblée, d’autant plus qu’en tant qu’expatrié, on a la possibilité de prendre de la distance sur tout cela, on peut se placer dans une sorte de bulle qui nous éloigne du stress.

– Ton blog t’offre une grande liberté d’expression que l’on ressent immédiatement en te lisant et qui est très agréable, d’autant plus que tu proposes en permanence des immersions dans des lieux insolites ou des milieux auxquels tu n’appartiens pas toujours !
Le but n’était pas de raconter ma vie mais juste d’être sincère. Je voulais parler de mes expériences tout en touchant beaucoup de monde à la fois. Ma liberté d’expression ne s’est jamais située dans la provocation. La possibilité de se mélanger, de vivre d’autres expériences correspond à la ville. Ici, les lieux sont ouverts, il y a une grande facilité à découvrir différents milieux. C’est souvent le cas des squats par exemple. Ici, les gens ont une envie de partager. On peut découvrir sans voyeurisme.

– Où déniches-tu tes bonnes adresses et tes bons plans ?
Balades à vélo, recherches personnelles, grosses prises de notes permanentes, pousser les portes, les barrières… tout cela prend un temps fou mais il faut se forcer à creuser et la newsletter est un bon moteur pour cela !

– Qu’est-ce que tu ressens en explorant tous ces lieux abandonnés ou qui parfois seront détruits bientôt 
?
L’exploration des lieux s’est faite au début par hasard. Il y avait un mélange de danger et de curiosité, de présent et de passé, c’était quelquefois un peu angoissant mais aussi très amusant ! Je n’ai jamais pensé que ces lieux disparaissaient parce que pour moi ils sont peut-être déjà morts. Bien sûr, c’est différent pour des lieux qui existent mais risquent de disparaitre bientôt, comme le Yaam. Ces découvertes me procurent un grand enthousiasme en permanence et je cherche toujours à respecter ces lieux en ne donnant jamais d’adresse, je pense que tout se mérite !

– Est-ce que tu avais imaginé travailler en tant que guide touristique ? As-tu fait une formation pour cela ?
Non, pas du tout, je me suis lancée dans un domaine que je ne connaissais pas, je n’ai pas fait d’études d’histoire par exemple ! L’idée est née il y a un an, au retour de 5 mois de voyage en Amérique centrale, je n’avais plus envie de bosser 8h par jour dans un bureau. J’ai alors décidé de consacrer plus de temps à mon activité touristique. C’est ainsi que sont nées les visites guidées. Le principe a été de considérer les personnes comme des amis à qui on fait visiter la ville. Je forme des groupes de 6-7 personnes pour une plus grande convivialité mais aussi dans le but de respecter les lieux et le quartier que l’on va visiter.

– Parle-nous un peu de ce tour. Comment on peut-on s’inscrire et quels quartiers fais-tu visiter ?

Tout se fait sur le blog. Je propose un tour de Kreuzberg, des bords de Spree, des squats. Je m’intéresse à l’évolution des lieux qui étaient situés aux abords du Mur. J’essaie de comprendre les causes historiques et les répercussions sur le Berlin d’aujourd’hui, d’expliquer la vie dans les squats, oui, j’essaie d’y rapporter en permanence à un ancrage historique. Le contact avec les gens est très enrichissant, c’est quelque chose qui t’apprend beaucoup sur toi-même. Ces visites sont de vrais moments de rencontres et d’échanges, par exemple avec des personnes qui, parfois, étaient déjà venues à Berlin il y a longtemps.

– Quel est ton point de vue sur l’attraction et l’activité de la ville ?
Je pense qu’il faut accepter cette évolution et en voir le côté positif. C’est une évolution de tous les jours, j’ai largement pu voir tous les changements par rapport à mon premier séjour, il y a 8 ans. Cependant, je doute de la pertinence des mouvements actuels de spéculation.

– Quels sont tes rêves ? Tes projets ?
Développer mon blog, trouver d’autres circuits touristiques et arriver à être indépendante. Je rencontre beaucoup de personnes passionnées et cela est une grande motivation pour moi. Souvent les gens repartent de Berlin car elles ne trouvent pas d’opportunités professionnelles, moi j’ai envie d’essayer de rester ici et de faire en sorte que ça marche !

berlin_elodie

Quelques mots pour décrire l’ambiance berlinoise ?
Un doux mélange de liberté, de tolérance, d’énergie créatrice et d’internationalité.
Ton coup de cœur culturel du moment ?
L’exposition « Wir sind hier nicht zum Spaß!“ à la Kunstraum Kreuzberg qui décrit l’ambiance des années 90 à Berlin, après la chute du Mur, lorsque les soirées techno envahissaient la capitale.
Ton bar de quartier préféré ?
L’August Fengler qui déclare être le plus vieux Kneipe de Berlin. Vrai ou pas, il y a toujours une bonne ambiance, des soirées dansantes le week-end, des babyfoot et un billard au sous-sol.
Confie-nous un secret sur Berlin…
Même les quartiers à la plus mauvaise réputation abritent des lieux intéressants. Par exemple, la nature est très présente à Marzahn et on peut y faire de superbes balades.
Ton brunch favori ?
Le Butter à Prenzlauer Berg parce que c’est en face de chez moi et qu’il y a une grande terrasse ensoleillée. Le menu est typique d’un brunch berlinois mais on n’est jamais déçu de la qualité et de la diversité des plats. Il faut juste faire attention à l’heure car à 16h c’est fini. J’ai eu une grosse déception un dimanche où je m’étais réveillée trop tard.
Ta soirée idéale ?
Une soirée entre amis où l’on parle allemand, anglais, français, espagnol… un dîner préparé par mon amie Françoise Desbois, artiste culinaire. Puis une soirée en plein air dans l’un des clubs de la ville ou au milieu du Brandebourg. Dans ce dernier cas, ne pas oublier de prendre son vélo !
Où as-tu diné hier soir (ou cette semaine..) ?
À ma pizzeria favorite, Pizza Pane. Les pizzas sont délicieuses (à partir de 5€) et l’ambiance chaleureuse. Ils servent jusqu’à 23h (au moins) ce qui est bien pratique.
Que faire pour un dimanche en famille ?

Un brunch bien entendu, puis une visite dans un marché aux puces (à l’Arkonaplatz ou au RAW). Continuer la journée au bord du Landwerhkanal en longeant le cours de l’eau ou en jouant à la pétanque et au ping-pong sur l’une des tables mises à disposition.
Où aller pour une virée hors de Berlin ?
Se promener dans les allées et les serres du magnifique Botanischer Garten. Ou monter dans l’ancienne station radar de Teufelsberg pour admirer le coucher du soleil sur Berlin.
Des bons plans pour une virée shopping ?
Les marchés aux puces organisés par le Katerholzig une fois pas mois et les boutiques de seconde main du quartier de Mitte (Steinstrasse, Mulackstrasse, Linienstrasse) où l’on peut dégoter des vêtements haute couture à prix Kookaï ou Mango.
Qu’est-ce que tu changerais à Berlin ?
Justement, j’aimerais parfois que la ville ne change pas aussi rapidement ! Son évolution est très rapide et nous force à nous adapter en permanence, ce qui peut être difficile. En même temps, cela signifie qu’il y a toujours de nouveaux lieux à découvrir.
Quels sont tes projets actuels ?
Je prépare un guide sur Berlin qui sera constitué de 10 itinéraires hors des sentiers battus. Mon objectif est de surprendre autant les touristes qui ne connaissent pas la ville que les francophones qui habitent à Berlin depuis des années. Je vais moi-même de découvertes en découvertes en faisant mes repérages ! L’ouvrage devrait sortir au printemps 2014. En parallèle, je souhaite développer de nouveaux circuits afin de proposer un plus grand choix de visites guidées. Et bien entendu, continuer à découvrir de nouveaux lieux pour alimenter mon blog !

Propos recueillis par Sophie Galibert

2 Commentaire
Laisser un commentaire