Le Deutsche Oper dévoile son nouveau programme !

Le Deutsche Oper sort le grand jeu pour la saison 2015/2016 : un Meyerbeer-Zyklus, neuf premières, 179 représentations sur la grande scène et l’annonce de la préparation d’un nouvel Anneau des Nibelungen à l’horizon 2020. De quoi mettre l’eau à la bouche des amateurs d’opéra…

Nous adorons tous cette production”, indique le directeur Dietmar Schwarz lors de la présentation de la saison 2015/2016. “Mais le décor date d’il y a déjà 30 ans, alors nous avons décidé de lui redonner une fraîcheur”. C’est décidé : la légendaire mise en scène signée Götz Friedrich de L’Anneau des Nibelungen de Richard Wagner sera retirée de la programmation pour faire place, en 2020, à une nouvelle interprétation de la tétralogie réalisée par Stefan Herheim, déjà couronné de succès pour sa mise en scène de Persifal au Festival de Bayreuth de 2008 et pour Serse de Händel au Komische Oper en 2012. La préparation de cette nouvelle production des opéras de Wagner, en collaboration avec le directeur général de la musique Donald Runnicles, représente un grand défi, celui d’être à la hauteur d’un public exigeant. “C’est risqué, mais c’est cela qui est passionnant” commente Runnicles.

Un défi qui s’accompagne de neuf autres premières : pour la saison prochaine entre autres, Donald Runnicles prendra L’Affaire Makropoulos en main (mise en scène de David Germann) ainsi que L’Enlèvement au sérail de Mozart (mis en scène par Rodrigo Garcia). Le chef d’orchestre britannique se verra diriger la fosse plus de quarante fois. La première de Aida est, elle aussi, très attendue.

Le Deutsche Oper dévoile la dimension politique du théâtre musical

Grande figure artistique du XIXe siècle, Aida se caractérise par “l’amour, la soumission et la douceur” de l’aveu même de son propre compositeur, Giuseppe Verdi. L’opéra – qui sera dirigé par l’Italien de 28 ans Andrea Battistoni – met en scène l’intrigue amoureuse entre une esclave éthiopienne (Aïda) et un officier égyptien (Radamès), contrariée par le conflit armé opposant leurs deux peuples. La saison prochaine mettra en effet en valeur l’aspect politique et contextuel de l’art total. Dans le même registre, l’œuvre tardive de Giacomo Meyerbeer Vasco de Gama – opéra en cinq actes plus connu sous le nom de L’Africaine –  s’inspire de la vie du navigateur portugais et nous transporte dans un exotisme caricatural sur fond d’inquisition. Il s’agit, pour Dietmar Schwarz, de souligner le choc des cultures et des identités religieuses, deux sujets chers aux grands compositeurs.

Outre ces opéras scéniquement monumentaux et très exigeants pour les interprètes, le Deutsche Oper assurera également les grands classiques du répertoire, comme Roméo et Juliette de Berlioz, le fameux Carmen de Bizet, Le mariage de Figaro et La Flûte enchantée de Mozart, le magnifique Tosca de Puccini, Rigoletto de Verdi ou encore l’impressionnant Lohengrin de Wagner.

deutsche-oper-nouveau-programme

Photos : L’Or du Rhin, La Bohème, Carmen © Bettina Stöß

Clara Lehmann

Laisser un commentaire