Tatouage à Berlin : mode d’emploi

Tatouage à Berlin : mode d'emploi
© Pixabay / TheDigitalWay

Etat des lieux du tatouage

En 2014, 6,3 millions de personnes seraient tatouées en Allemagne, d’après une étude réalisée par l’université de Leipzig et rapportée dans la Süddeutsche Zeitung. Le quotidien annonce également une augmentation de 25% de personnes tatouées et percées en Allemagne depuis 2003. Ces tatoués viennent de tous les milieux. Ainsi, Sarah, tatoueuse et architecte d’intérieur canadienne, installée à Berlin depuis 2004, nous raconte avoir tatoué dans la même journée un avocat de 54 ans et une jeune fille de 20 ans.

Le phénomène des tatouages a pris de l’ampleur en Allemagne et dans le reste du monde ces dix dernières années. Autrefois considéré comme une pratique underground, marginale et plutôt mal vue (manque d’hygiène, douloureux, dangereux), le tatouage connaît actuellement un franc succès. Récemment reconnu comme une œuvre d’art en soi, il est devenu un ornement corporel très répandu. La plupart des tatoueurs sont d’ailleurs issus d’écoles d’art, de graphisme ou de design et puisent leur inspiration dans les musées, les galeries d’art et le street art.
Preuve que le phénomène est ancré dans nos sociétés, bien que « tatoueur » ne soit pas reconnu comme profession en Allemagne, « des mesures d’hygiène très strictes sont appliquées, les couleurs utilisées sont régulièrement contrôlées », nous indique Hendrick, tatoueur autodidacte du studio « Careless Berlin » de Prenzlauerberg, lors de notre entretien.

…et à Berlin ?

À Berlin, capitale multiculturelle et épicentre de la vie artistique et créative d’Europe, on dénombre actuellement plus de 400 studios de tatouage, selon Nicole du « Tattoostudio Stichpiraten » situé à Neukölln. Par ailleurs, c’est à Berlin que se tient tous les ans depuis 1991 la Convention internationale du tatouage. Cette foire présente plus de 300 tatoueurs qui viennent du monde entier pour donner conseils et informations et montrer de quoi ils sont capables. Mise en place en 1991, cette convention se tient tous les ans à Berlin et constitue ainsi le plus vieil évènement de ce genre en Europe et à travers le monde.

Comment s’y prendre pour se faire tatouer ?

Au vu du succès de ce phénomène, notamment à Berlin, où les tatoueurs et tatoueuses se font toujours plus nombreux, nous sommes allés à la rencontre de trois d’entre-eux pour découvrir cet univers particulier qui suscite tant d’intérêt.

Voici les conseils pratiques qui nous ont été donnés.

Tatouage : oui ou non ?

Il faut d’abord et avant tout bien réfléchir et se poser la question (plutôt deux fois qu’une) : « Suis-je bien sûr de vouloir un tatouage » et être conscient du fait que cette décision est définitive et que votre tatouage sera là à vie ! Milena, la jeune tatoueuse du Tattoostudio Stichpiraten nous le confirme lors de notre entretien : « Si je devais donner un conseil, ça serait celui de ne pas se faire tatouer juste parce que vous venez d’avoir 18 ans ».

Quel motif et quel tatoueur choisir ?

Vient ensuite la question du motif. Si vous n’avez aucune idée, renseignez-vous sur les sites de tatoueurs (Facebook, Instagram, Tumblr), en consultant des magazines spécialisés (Tätowierer Magazin, Tattoo Artist Magazine) ou en faisant un tour des salons de tatouage.
Identifiez un tatoueur dont le style vous plait et correspond à ce que vous avez en tête, car tous les tatoueurs ne font pas tout et n’importe quoi !

En couleurs ou nuances de noir ?

De plus en plus de tatoueurs travaillent uniquement avec des nuances de noir et gris et de moins en moins avec les couleurs. En effet, le noir permet davantage de jouer sur les contrastes et tient plus longtemps, alors qu’un tatouage en couleurs a plus de chances de s’abîmer au bout de deux-trois ans, surtout si ce sont des couleurs claires. « Les couleurs claires palissent avec le temps, voire disparaissent. » nous confie Hendrick. C’est une des raisons pour lesquelles le bio tattoo, tatouage semi-permanent blanc ne marche pas : il jaunit, s’abîme et disparaît. Son conseil: «Choisir des couleurs toujours plus foncées que la couleur de peau» pour garantir la longévité du tatouage.

Sur quelle partie du corps ?

Nos trois experts l’ont tous martelé, entre les doigts et les orteils sont les zones à éviter. D’une part ce sont des zones où la peau est très fine, le tatouage sera donc très douloureux et peut présenter des risques au long terme pour la circulation du sang et l’articulation. D’autre part, ce sont des zones humides et chaudes, le tatouage a donc plus de chances de s’abîmer rapidement. Certaines zones, comme les visages et les coudes, sont plus difficiles à tatouer, estime Sarah qui fait beaucoup de tatouages sur les bras.

Et ensuite, comment ça se passe ?

Une fois ces différentes étapes passées, prenez rendez-vous avec le tatoueur de votre choix. Attention, le temps minimum d’attente est de 2 à 3 mois. Le délai peut atteindre jusqu’à 2 ans chez les plus demandés.
L’échange (généralement par email) avec le tatoueur permet de se mettre d’accord sur le motif, les couleurs et l’emplacement du futur tatouage.
Certains artistes, comme Hendrick, demandent au client de leur donner 4-5 mots autour d’un thème ou du motif recherché et créent un motif à partir de cela.
Le jour J, le tatoueur vous dessine d’abord les contours au stylo sur la partie choisie. Puis vient le moment tant attendu du tatouage !

Risques d’allergies et soins post-tatouage

A priori les tatouages ne donnent pas d’allergies. Si vous y êtes sujet, rendez-vous chez un dermatologue avant de vous faire tatouer. Prévenez le tatoueur le jour J, il fera un test directement sur votre peau pour voir comment vous réagissez.
Une fois tatoué, appliquez une crème du type Vaseline (à acheter en pharmacie) sur l’intégralité du tatouage. Il est conseillé de l’appliquer deux fois par jour pendant deux semaines. Evitez l’exposition au soleil et la piscine (pour le chlore) qui risqueraient d’abîmer votre tatouage.

Un tatouage : à quel prix ?

Les prix sont variables. Il dépendent de plusieurs facteurs : la taille et la complexité du motif, le temps passé à le concevoir, la durée de la séance, le type de peau, si la personne bouge.
Certains studios pratiquent un tarif horaire. C’est le cas du Tattoostudio Stichpiraten, où travaille Milena. Une séance de trois à cinq heures revient à 250€. Sachant que le maximum d’heures d’affilées passées sur un tatouage peut aller jusqu’à huit heures. Il est toutefois possible de se faire tatouer sur plusieurs séances.

Et si je ne veux plus de mon tatouage ?

Si pour x raisons vous voulez vous débarrasser de votre tatouage, deux solutions s’offrent à vous. La première consiste à faire recouvrir votre tatouage chez un tatoueur. Notez seulement que le tatouage qui viendra le recouvrir devra être plus foncé. L’autre possibilité est de faire enlever votre tatouage dans un laser shop.

Venez découvrir le monde du tatouage au Tattoo Festival Berlin qui se tiendra les 13 et 14 décembre 2014. Ce festival, qui a lieu tous les ans depuis 2010, est le dernier évènement de ce genre de l’année 2014 à travers le monde, avec plus de 80 tatoueurs venus de toute l’Allemagne et quelques “guests” étrangers.

Notre vidéo :

Quelques tatoueurs “stars”:

-Paul Booth (USA) instagram

-Ondrasch (République tchèque) instagram

-Bernie Luther (Autriche) site

-Berit Uhlhorn (Allemagne) Tumblr

Et aussi: le tatouage vegan

Wyloen Munhoz-Boillot

Laisser un commentaire