3 Eck Kneipen à découvrir à Berlin

© Mihail_hukuna

Les Kneipen sont des brasseries typiquement allemandes, souvent situées dans le centre historique (Altstadt) de la majorité des villes – dans lesquels vous apprécierez Schnaps, bières blondes ou brunes et autres alcools traditionnels allemands comme le Riesling ou les liqueurs aux plantes (Kräuterlikör).

Berlin ne fait pas exception à la règle et dispose de son lot de Kneipen dans lesquels vous pourrez siroter une bière, jouer aux fléchettes ou glisser une pièce dans le Jukebox pour écouter vos tubes préférés.

Souvent de tradition familiale, le Kneipe ou Eck Kneipe (qui pourrait se traduire par “bar du coin de la rue”) participe activement à la vie de quartier. Habitués et visiteurs d’un soir se retrouvent ainsi autour d’un verre, d’un bol de cacahuètes voire d’un plat chaud dans une atmosphère bien éloignée de celle des bars branchés du centre de Kreuzberg ; une ambiance décrite notamment dans le chef d’oeuvre d’Alfred Döblin : Berlin Alexanderplatz.

Schöneberger Herz – Familial et populaire

© Dirk Ingo Franke

Situé au 42 de la Kolonnenstraße, le Schöneberger Herz (le coeur de Schöneberg) est un bar idéal pour aller boire un verre de bière ou quelque shots de mexikaner après le travail. Déco kitsch, musique Schlager, fléchettes. Plongez-vous dans l’ambiance bon enfant de ce bar dont les patronnes vous feront un accueil royal si vous faites un petit effort pour parler allemand.

Le bar est fumeur mais dispose d’un petit coin dehors particulièrement agréable en cette saison !

Das Klo : Le Kneipe le plus original de Charlottenburg

Das Klo  est probablement le Kneipe le plus original du quartier de Charlottenburg puisque sa décoration est sur le thème des toilettes ! Habitués, expats et touristes se croisent dans ce bar au décor improbable pour des soirées mémorables.

Straßenbahn, l’engagé

Huit sortes de bières pression, plats du jour allemand, grand Biergaten, fumoir séparé, aucun élément n’est laissé au hasard pour vous faire passer un bon moment dans ce bar simple, confortable et bruyant de Friedenau. Le “tram” est ouvert depuis 1977 et est géré par un collectif militant. Les salaires sont donc égaux pour tous les employés tandis que les pourboires sont reversés à des initiatives sociales telles qu’un centre pour les victimes de la torture à Berlin, un hôpital au Tchad et une école dans la bande de Gaza.

Lou Antonoff