Babylon Berlin : entre années folles et menace brune

© Babylon Berlin

Berlin, printemps 1929. Arrivée imminente d’un train de marchandises convoitées par des militants trotskistes et par un groupuscule nationaliste. Numéro musical époustouflant, où, filles de joie et transgenres dansent frénétiquement sur la scène du légendaire club : le Moka Efti. Dès les premières minutes du pilote, Babylon Berlin plante le décor en convoquant les codes du Krimi (polar) et ceux du film d’espionnage.

Soirées trépidantes et gueules de bois sur fond de krach boursier

Entre les plumes et les paillettes des clubs berlinois – qui rappellent l’univers du film culte Cabaret de Bob Fosse – et des scènes d’errances nocturnes à la Fritz Lang, la série croque le quotidien d’une capitale au bord de l’effondrement. Grâce à des plans larges sur les rues animées de la métropole et des scènes qui nous transportent dans l’intimité miteuse des héros de la série, Babylon Berlin saisit l’ambiance si particulière de l’entre-deux-guerres à grands renforts de détails.

Des chiffres pharaoniques

Ce thriller historique, adapté d’un roman noir de Volker Kutscher, nous entraîne sur les traces de Gereon Rath, un policier toxicomane traumatisé par la Première Guerre mondiale qui mène son enquête sur fond de tensions et de corruptions politiques. Quarante millions d’eu­ros de budget (soit la série la plus coûteuse de l’histoire de la télévision allemande), 180 jours de tournage dans les mythiques studios de Babelsberg, 300 décors, 5 000 figurants. Babylon Berlin fait les choses en grand pour mettre en scène les “Goldene Zwanziger” berlinoise.

La bête immonde à l’assaut de Babylon.

Un “âge d’or” drapé dans l’exubérance de nuits de noces mais qui peine toutefois à cacher les oripeaux de la misère et d’un antisémitisme rampant qui préfigurent déjà la dictature nazie… À moins que Babylon Berlin ne s’attache à décrire le Berlin d’aujourd’hui.

La série a déjà séduit des millions de téléspectateurs allemands lors de son lancement sur Sky Deutschland et est désormais disponible sur Canal+.

LA