Berlin capitale du coworking

Les espaces de travail participatif ou “coworking”, basés sur la location journalière, hebdomadaire ou mensuelle d’un bureau, en sont de plus en plus populaires.

La vie active quotidienne est habituellement séparée entre deux lieux distincts : le bureau et le foyer. Dans son ouvrage Celebrating the third place, le sociologue Ray Oldenburg met en lumière le développement de nouveaux espaces sociaux, directement liés à l’urbanisation. Il les appelle les “troisièmes lieux”. A l’heure où le bureau et le domicile sont devenus des pôles fermés et exclusifs (“Life without community has produced, for many, a life style consisting mainly of a home-to-work-and-back-again shuttle“), ces nouveaux espaces ont pour particularité de réunir vie domestique et vie professionnelle.

Rompant avec l’isolement privé caractéristique de nos sociétés modernes, ce mode de fonctionnement alternatif permet de trouver un soutien individuel au sein d’un groupe. Il renforce de ce fait l’émulation et l’esprit d’initiative et promeut une certaine forme d’égalité axée sur l’entraide. Stimulateur de l’intelligence collective, ce type d’organisation gagne aujourd’hui du terrain aussi bien auprès des travailleurs indépendants qu’au sein de grandes compagnies, de plus en plus nombreuses à adopter cette nouvelle forme de fonctionnement.

Les Allemands, leaders européens

Pratique qui s’est répandue au début des années 2000 dans la Silicon Valley, le premier espace “officiel” de coworking voit le jour à San Francisco en 2005. Etabli en dehors de l’entreprise, dans un lieu neutre, il donne accès à des services professionnels et à une atmosphère confortable qui favorise la collaboration et l’échange. Un principe qui a séduit les Allemands, leaders européens en termes de création d’espaces de coworking, notamment à Berlin qui en accueille chaque année un nombre croissant. Graphistes, créatifs, web designers, pigistes, auteurs, free lances, Berlin est le Land qui regroupe le plus grand nombre de travailleurs indépendants.

Les travailleurs indépendants ou en free-lance trouvent dans ce mode d’organisation une parade au risque d’isolement engendré par leur profession, mais également un avantage économique. La location partagée revient en effet moins cher que de louer ou d’acheter un bureau individuel. Les salariés du domaine informatique et du web apprécient quant à eux la flexibilité accrue, l’esprit participatif, l’échange d’informations et le partage des compétences que facilite ce lieu de travail adapté à l’usage des nouvelles technologies.

Le Wostel, un espace de coworking parmi d’autres

Le Wostel a été crée en 2010. Gérante de cet espace de coworking situé à Hobrechstrasse, Chuente Noufena revient sur sa fondation.“J’ai monté le projet avec une amie de longue date. Au départ, nous cherchions un espace de travail pour mener nos activités respectives : design pour elle, marketing pour moi. Le lieu nous a séduit par sa grandeur – 110m2 – et sa luminosité. Nous avons ensuite voulu en faire un espace partagé par nos amis proches ou toute personne potentiellement intéressée.” Les locaux accueillent aujourd’hui surtout des hommes, “même si ça tend à se féminiser un peu”, précise Chuente Noufena. Avec quels profils ? “La clientèle se compose surtout de personnes qui travaillent en free-lance et des designers. Mais il y également des professeurs et des gens de la profession médicale.” Les clients disposent d’un bureau, d’une connexion internet, d’appareils informatiques – imprimantes, scanners – et de cafés et boissons chaudes, avec également la possibilité d’utiliser des salles de réunions. A son actif, cet espace peut se vanter d’avoir participé à faire naître une start-up, capsule.fm, une application mobile dédiée aux données en ligne.

Pour la petite histoire, Wostel est encadré par le Hüttenpalast, un café-hôtel branché, où il est notamment possible de passer une nuit dans une roulotte et la librairie Die Buchkönigin. Les trois établissements ont ouvert à peu près au même moment et sont tous tenus par des femmes.

Wostel : Hobrechtstraße 66, 12047 Berlin-Neukölln
Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 18h
10 € à la journée / 175 € au mois.
Possibilité d’avoir une clef.

D’autres espaces de coworking à Berlin

  • La référence : Le Betahaus. Depuis avril 2009, il accueille programmateurs, designers et photographes.
    Prinzessinnenstr. 19-20, Kreuzberg. 229 € / mois
  • Le plus central : Le Creative Media Lab. Ouvert 7 jours/7 et 24h/24.
    Alexanderstr. 7, Mitte. 250 € / mois.
  • L’étudiant : Cowork-Inn est le lieu de rendez-vous des étudiants qui sortent de la T.U ou de l’U.D.K.
    Cowork-Inn, Franklinstr. 8, Charlottenburg. 9.50€ / jour
  • Le plus design : Office Club Berlin Prenzlauer Berg. Un décor coloré et acidulé et lieu couru des startups berlinoises.
    Pappelallee 78/79, Prenzlauer Berg. 199 € /mois
  • Le plus alternatif : Atelier Äuglein accueille principalement des jeunes professionnels, notamment des arts visuels, en plein coeur du kreuzberg nocturne. 90€/mois – ouvert 24/24 – 7/7

Adrienne Rey

Leave a Reply