Berlin à l’abandon avec Abandoned Berlin

Découvrir une ville, c’est également s’intéresser aux lieux qu’elle a laissés à l’abandon. Depuis plusieurs années, Ciaran Fahey partage sur son site Abandoned Berlin les multiples endroits délaissés de la capitale et de ses environs pour les faire découvrir au public.

Un peu par hasard, il se lance dans cette aventure quelques temps après son arrivée à Berlin en 2008, lorsqu’il trouve le courage de pénétrer dans un ancien parc d’attractions abandonné, le Spreepark, malgré les services de sécurité et leurs chiens. À l’époque, il tient un blog destiné à sa famille et à ses amis, où il fait part de sa péripétie. “Puis tout est arrivé naturellement, j’ai entendu parler d’un autre endroit, puis encore d’un autre… Par la suite, je les ai tous rassemblés sur un même site internet et ça a décollé.”

Abandoned Berlin regroupe désormais 45 lieux. Pour l’instant. “Tout est plus ou moins connecté, quand je me rends quelque part, cela me conduit à un autre endroit. Je reçois également beaucoup de conseils par mails. Pour le moment, je dois encore aller explorer 91 lieux. Ma liste ne cesse de s’allonger.” Partir à la conquête de ces sites inconnus des guides touristiques et du grand public est devenu une sorte de rituel pour Ciaran. “Je ne lis rien sur les endroits avant d’être sur place car je veux garder l’esprit ouvert et me faire ma propre impression. Si j’apprends que des choses terribles s’y sont passées, cela influencerait ma perception.”

Une fois l’excursion terminée, il relate son expérience sur son blog avec de longs textes fluides, où il décrit l’endroit et son histoire, exprime son ressenti. Ciaran prodigue également des conseils aux futurs visiteurs, notamment pour éviter les problèmes avec la sécurité quand elle est de la partie (le jeune homme utilise une échelle de 1 à 10 pour noter l’accessibilité de chaque lieu). Quand on lui demande pourquoi les gens sont attirés par ce genre d’endroit, Ciaran évoque plusieurs possibilités. “Certaines personnes sont fascinées par l’accès interdit de ces endroits. D’autres sont davantage intéressées par l’esthétique des lieux, comme les photographes. Quant aux personnes plus âgées et aux Allemands, ils sont envoûtés par le passé de ces bâtiments.”

Ciaran poursuit sur ces lieux sombres, qui s’effacent petit à petit des mémoires et de l’Histoire. “On les oublie, parce que les gens ne veulent plus se souvenir, ou alors ne veulent pas savoir ce qu’il s’y est réellement passé.” Le jeune homme se souvient de son excursion au sein de la boulangerie SS destinée à approvisionner le camp de concentration de Sachsenhausen. Il mentionne également les magnifiques hôpitaux de Hochenlychen, qui cachent cependant un passé tragique. Karl Gebhardt y fût notamment médecin-chef à partir de 1930, 17 ans avant d’être condamné à mort pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, principalement en raison d’expériences médicales réalisées sur des prisonniers de guerre. “C’est une contradiction intéressante. Avec ces hôpitaux, on a un endroit idyllique mais dont l’histoire est très sombre. C’est même difficile pour cet endroit et ce passé d’exister côte à côte.”
berlin-abandon

Photos et Copyright : Ciaran Fahey/ Camille Baissat

Leave a Reply