Le Reichstag : emblème de l’histoire allemande

Claire Chaygneaud-Dupuy

La maison des singes de l’Empire. Guillaume II, alors Empereur, avait le sens de la formule avec, comme souvent en arrière-fond, une histoire de rivalité : d’une part il aurait voulu gouverner seul et de l’autre, comble du comble, le Reichstag avec sa coupole originale en pierres dépassait en hauteur le château de Berlin, résidence impériale officielle…

L’évolution de ce bâtiment est passionnante, car parallèle aux tumultes de l’histoire allemande. Le Reichstag a été construit sur les plans de Paul Wallot entre 1884 et 1994 pour accueillir le premier parlement de l’Empire. En 1933, une grande partie du bâtiment part en fumée. L’incendie, orchestré par les nazis, permet d’accentuer la répression politique contre les communistes. La Seconde Guerre mondiale et ses bombardements l’endommagent encore davantage. Après sa reconstruction par l’architecte Paul Baumgarten entre 1961 et 1971, il devient en 1999 le siège du Parlement fédéral allemand, mais surtout l’emblème de la Réunification.

Ce lieu, inscrit dans l’histoire allemande, est donc un incontournable des visites berlinoises. Son architecture allie harmonieusement une imposante bâtisse néo-classique et une coupole moderne qui le surplombe. Sir Norman Foster est le concepteur de ce dôme vitré, symbole de la transparence démocratique. Raison pour laquelle le public y accède gratuitement. Le sol vitré au centre de la coupole donne sur la salle plénière. Pour un Français habitué au faste de l’Assemblée nationale, le choc est grand. La salle du Bundestag avec ses fauteuils bleus est d’une “sobriété Ikea”. Une bonne illustration de cette volonté d’offrir une image de démocratie sans apparat, principalement régie par la rigueur et l’efficacité.

© Bundestag allemand / MELDEPRESS/AMS

Le grand cône central sert de puits de lumière et de système de ventilation, ce qui permet une moindre consommation d’énergie. Un plus indéniable dans un Etat qui se préoccupe vraiment de sobriété énergétique. De ce dôme tout en vitres et reflets émane une magie futuriste. Tel un œil sur la ville, il permet d’avoir une vision à 360°, vue précieuse car finalement assez rare à Berlin.

L’audio guide est un compagnon agréable durant l’ascension des 230 mètres de la rampe en spirale. En effet, il donne automatiquement, en fonction de l’endroit où vous êtes, des informations sur ce que vous pouvez voir. Cela vaut la peine d’y aller à différents moments de la journée pour observer l’évolution de la ville de l’aurore au crépuscule. La coupole est en effet ouverte de 8h à minuit. On aurait tort de ne pas en profiter !

Laisser un commentaire