L’art du bérolinisme

L'art du bérolinisme
Bild von Achim Scholty auf Pixabay

Le bérolinisme (Berolinismus), aussi communément appelé berlinisme (Berlinismus), désigne cette manie des Berlinois d’attribuer un surnom ou un sobriquet aux lieux et même aux bâtiments de la capitale. Souvent utilisé dans le langage argotique, le bérolinisme n’est pas reconnu officiellement ni forcément vu d’un très bon œil par tous les habitants. Exception faite du Turmrestaurant Steglitz, ou encore Turmrestaurant an der Schloβstraβe, que (presque) personne ne connaît sous ces appellations. Cependant, si vous parlez du Bierpinsel, alors là tout le monde à Berlin devrait vous comprendre.

Vous voulez vous la jouer un peu devant vos amis qui ne connaissent pas (encore) Berlin et parler dans une sorte de langage codé ? Voici une liste qui pourrait vous aider dans vos manigances…

Le Bérolinisme, par exemple, si vous dites…

• “J’ai besoin d’aller à l’Elefantenklo (aux toilettes pour éléphants)”, cela signifie que vous souhaitez vous rendre à la chancellerie fédérale. Que l’on appelle aussi la Waschmaschine (machine à laver), la Kanzlerwaschmaschine (machine à laver du chancelier), la Bundeswaschmaschine (machine à laver fédérale) ou le Kohllosseum (le Kohllosse). Rien que ça !

• “Pour ce soir, ça te dit l’huître enceinte (Schwangere Auster) ?”, vous ne proposez pas le menu du dîner mais désignez la Haus der Kulturen der Welt.

Bild von Thomas Ulrich auf Pixabay

• “On va à Kotti ?”, cela pourrait presque vouloir dire que vous aimeriez aller au Café Kotti. En réalité, vous n’êtes pas loin car vous proposez d’aller à Kottbusser Tor, juste à côté.

• Ça marche aussi avec Görli pour la Görlitzer Bahnhof ou pour le Görlitzer Park ; avec Nolli pour Nollendorfplatz ; avec Boxi pour la Boxhagenerplatz et avec Stutti pour la Stuttgarterplatz ! Pourquoi faire compliqué quand on peut faire court ?

• “Et si on grimpait sur Goldelse ?”, cela indique votre intention de monter en haut de la Siegessäule.

L'Else d'or
Siegesaüle Berlin © Alexia Robin

• “Un petit coup d’andaineur (Hungerharke) cette après-midi ?”, vous demandez si ça intéresse vos amis d’aller à l’aéroport de Tempelhof et de se donner rendez-vous au pied du mémorial du pont aérien (Luftbrücke-Denkmal).

• “Il faut absolument que j’aille au Café Achteck”, vous n’insinuez pas par-là que vous avez le besoin irrépressible de vous commander une bonne tasse de caféine, mais bel et bien que vous avez l’envie pressante de vous rendre dans ces pissoirs octogonaux.

• “Je ne trouve pas le Gürteltier”, on pourrait croire que vous avez perdu votre tatou domestique. Alors qu’il semblerait que vous cherchiez simplement où se trouve le bâtiment de la Chambre de commerce et d’industrie de Berlin, la Ludwig-Erhard-Haus, renommée comme l’animal en raison de sa forme qui fait penser à des bandes écaillées.

• “Où c’est qu’elle est la grande perche ?”, vous ne parlez pas forcément de votre fille dégingandée, mais vous désignez la Funkturm de Berlin, surnommée Langer Lulatsch. Les Français diraient plutôt qu’elle ressemble à la Tour Eiffel en plus petite…

• “J’ai la dent creuse à 12h”, vous n’êtes pas en train de dire que vous avez faim dès que midi sonne. Non, vous faites subtilement savoir à votre complice que vous voyez la Kaiser-Wilhelm-Gedächtniskirche, l’église du Souvenir, alias hohler Zahn, droit devant vous. Et sachez que celle-ci est entourée de son poudrier – la nouvelle église Kaiser-Wilhelm – et de son bâton de rouge à lèvres – le nouveau clocher.

Bild von Gerd Altmann auf Pixabay

• “J’aurais aimé rencontrer la reine de la ruche !”, vous auriez exprimé votre désir, non pas de vous retrouver nez à nez avec la plus royale des abeilles, mais d’aborder dans les années 50 la plus belle femme de la Bienenhaus. À l’époque, des femmes célibataires vivaient dans ce rucher installé dans le Hansaviertel.

• “Allez, on fait tomber le Bikini !”, cela ne signifie aucunement, chaleur ou pas, que vous comptez vous mettre en tenue d’Ève ou d’Adam. Attention cependant, on pourrait croire que vous prévoyez un attentat pour faire s’écrouler la Bikini-Haus qui fait partie de l’ensemble de bâtiments de la DOB-Haus. Signification : Damen-Oberbekleidung-Haus. Slogan : Oben was, unten was, in der Mitte nichts (quelque chose en haut, quelque chose en bas, rien au milieu). Pour comprendre, vous reporter à l’histoire des lieux.

• “Sur le pont des millions, on y danse sans plus un rond…”, vous risquez de raviver de mauvais souvenirs. En effet, construire le pont de Swinemünder a nécessité près d’un million de Goldmark (plus de 5 millions d’euros) au début du XXe siècle. Si on y ajoute les coûts demandés par sa reconstruction après la Seconde Guerre mondiale, on comprend pourquoi il mérite le doux nom de Millionenbrücke.

Und so weiter…

La Suppenschüssel devant l'Altes Museum
Berliner Dom + Berlinerschloss 2:0 @ Alexia Robin

La liste des bérolinismes est trop longue pour tous les énumérer ici. Si vous en avez le temps et l’envie, vous pouvez vous amuser à en découvrir d’autres ainsi que leur origine. En voici quelques-uns pour la route : la Fernsehturm appelée Telespargel car longue comme le légume ; la coupelle en granit devant l’Altes Museum surnommée Suppenschüssel (soupière) à cause de sa forme, la station Ostkreuz devenue Rostkreuz (rosten signifie rouiller) depuis que la gare est en piteux état…

Alexia Robin

Leave a Reply