On est un peu Berlinois quand…

Bild von nachalla auf Pixabay

Vous vivez à Berlin depuis quelques temps déjà et certains signes ne trompent pas, vous vous êtes intégré à la vie de la capitale : de la consommation de kebab au port de Birkenstock, voici quelques indices de votre adaptation à la ville.

L’esprit écolo vous gagne

Passage à la supérette du coin. « Un quoi pour emballer mes courses… un sac plastique ? » Désormais vous ne dites plus ce genre de gros mot. Cet objet est en voie de disparition ici, remplacé souvent par un frère en papier recyclé ou par votre petit sac pliable, que vous sortez fièrement à chaque passage en caisse.

Et comme vous avez investi dans un vélo, désormais, vous pédalez fièrement d’un point à l’autre de la ville avec dans votre panier les tintinnabulantes bouteilles d’eau en verre que vous venez d’acheter. Oui, finis pour vous les soucis de BPA et autres cochonneries contenues dans le plastique. Une fois vides, dans un nouveau concert de cliquetis, vous les ramenez à la consigne où elles reprendront bientôt du service…

Vous mangez comme un Berlinois

Une petite envie de grignotage ? Direction le kiosque de Curry Wurst du coin, celui où vont les allemands, pour picorer l’en-cas symbolique de Berlin. La recette est bête comme chou : une saucisse grillée, une sauce ketchup saupoudrée de curry et un pic en bois…

Autre option sur le pouce : le kebab ! Il serait né à Berlin, mais cela reste à prouver. En attendant, de nombreux petits restaurants préparent ce sandwich très complet aux origines turques. Il vous arrive fréquemment les jours de flemme de vous en offrir un parmi les meilleurs adresses de Berlin.

Et puis au printemps, vous vous êtes découvert une nouvelle copine. Elle est partout, sur tous les menus, blanche et droite comme la justice : l’asperge ! Désormais vous en mangez volontiers et on vous surprend parfois le week-end à arpenter les Spargelfest du quartier. Comme vous êtes devenu un éco-citoyen, vous ne manquerez pas de consommer local en achetant celles en provenance de Beelitz, au sud-ouest de Berlin.

Bild von Picography auf Pixabay

De nouveaux courants complètent votre culture artistique

Avant d’arriver à Berlin, toute trace de bombe sur les murs était pour vous un vilain graffiti dégradant les crépis neufs. Désormais, vous êtes un fan de Street Art et vous ne manquez sous aucun prétexte les dernières expo d’Urban Nation, le premier musée dédié à l’art urbain. Vous connaissez tous les petits recoins où l’on peut en observer, comme la cour au n°39 de la Rosenthalerstrasse dans les Hackeschen Höfe. Et vous arrivez même à reconnaitre certains artistes : « Tiens, un Little Lucy d’El Bocho »!

Vous avez aussi approfondi votre connaissance du courant artistique Bauhaus et vous allez peut-être vous offrir une petite lampe Wagenfeld ou un gros livre sur ce mouvement qui trônera sur votre table de salon… vous hésitez encore.

Vous vivez la nuit berlinoise

C’est le week-end, on sort ! Vous parlez beaucoup du Berghain, LA référence en matière de night club à Berlin, même si vous n’y avez jamais mis les pieds. Mais vous connaissez très bien Sven le videur, enfin… de réputation. Vous vous rabattez aux beaux jours sur un des nombreux biergärten de la ville pour vous rafraichir le soir, une pinte d’Hefe Weizen à la main.

En rentrant à 11h55, vous faites un détour par le Späti du coin pour acheter une plaquette de beurre et une bouteille de lait – oui, vous avez eu toute la journée pour le faire mais savoir qu’un magasin serait ouvert toute la nuit vous a poussé à une procrastination toute berlinoise.

Vous adoptez le life style local

En voiture, la main rivée sur le klaxon, comme tout berlinois au volant, vous vous dirigez vers un des lieux alternatifs de la ville. Ailleurs, vous ne seriez jamais rentrés dans un tel endroit. Vous seriez passés au large en lui attribuant l’étiquette de « squat / pas fréquentable ». Ici, c’est ce qui donne à Berlin cette identité si unique et vous vous régalez d’aller y faire un saut. Ce sont des bâtiments désaffectés, réhabilités en salle de concert, night club et bar comme au RAW Gelände. Ce peut être aussi des sortes de villages pirates dans la ville, constitués de caravanes, cabanes en bois de guingois, avec des terrasses surplombant la Spree pour prendre un verre au son du Reggae, les pieds dans l’eau comme au Holzmarkt ou au Yaam à côté de l’East Side Gallery. Et vous en profitez pleinement avant qu’un promoteur n’en décide autrement.

East Side Gallery / Birgit Kinder© Aude Morin-veyret

Vous arrivez même à trouver du charme à l’architecture est-allemande. Sortir du métro à Alexanderplatz la première fois, c’est un peu comme revenir au temps de la RDA, des immeubles rectilignes et austères, des avenues toutes droites comme la Karl-Marx Allee, le choc ! Et puis, on y vit, les feuilles des nombreux arbres cachent le béton en été et il y a bien ce petit café très sympa au pied du vilain immeuble qui fait que finalement, vous vous trouvez bien dans cette ville…

Mais la plus grande de vos surprises, la voici. Si on vous avait dit il y a quelques années que vous en porteriez un jour, vous auriez explosé de rire accompagné d’un « et pourquoi pas avec des chaussettes aussi !!! ». Mais voilà, à force de voir tout le monde en porter et certains modèles être plutôt « tendance », vous avez craqué et vous vous êtes offert votre première paire de Birkenstock ! Et vous ne regrettez rien, malgré les lamentations de votre moitié, parce que c’est vrai que c’est confortable cette semelle en liège préformée…

D’ailleurs, au premier rayon de soleil, vous les sortez, avec vos vélo, serviette et maillot de bain, direction le moindre petit carré d’herbe pour faire bronzette et recharger votre capital vitamine D. C’est le secret du hâle doré qu’arborent très vite les Berlinois : profiter des beaux jours dès que possible. Et vous êtes si bien au soleil que vous ne remarquez même plus, en plein Tiergarten, ceux qui ont, sûrement par inadvertance, oublié leur maillot de bain et bronzent en tenue d’Adam et Eve, en plein centre ville… Das ist Berlin !

Aude Morin-Veyret

Laisser un commentaire